Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 Feb

lecture : Grosse rancune

Publié par kekeli  - Catégories :  #lecture

Je ne crois pas vous avoir déjà parlé de mes talents d'écrivain !

Bon, je ne m'appelle pas "Alexandre Dumas ou Agatha Christie" mais quand même je suis assez fière d'avoir été publiée dans le magasine "Maxi".

Je vous présente la 1ère nouvelle que j'ai publié : Grosse rancune.

Le magasine "Maxi" et oui, cela ne me rajeuni pas !!

Le magasine "Maxi" et oui, cela ne me rajeuni pas !!

l'histoire :

Avant, Pierre et Eric étaient inséparables. Lorsqu'ils étaient petits ils étaient toujours fourrés ensemble. Al 'école, ils s'asseyaient l'un à côté de l'autre, et si Eric ne comprenait pas un exercice de maths ou de français, Pierre l'aidait. Pareil, pendant les récrés : comme Eric était un champion aux billes, il gagnait toujours les plus belles ; et, toujours , il partageait avec son ami ses trésors que Pierre s'empressait de perdre à la récréation suivante. Tous deux passaient souvent leurs week-ends ensemble, quand les parents de Pierre les emmenaient dans leur maison de compagne. Là, ils passaient des journées entières à construire des cabanes de branchages. Ils s'imaginaient cow-boys en guerre contre les indiens. L'été ils allaient souvent se baigner dans le lac voisin, et d'autres gamins venaient se joindre à leurs jeux. Toute la bande devenait une troupe de contrebandiers, ou de pirates, selon l'humeur du moment…

Mais cela, c'était avant. Maintenant, Eric déteste Pierre. Pire, même, il le hait. Il voudrait le voir mort. Caroline était à lui. Il l'aimait et elle l'aimait. Eric ne pardonne pas à Pierre de lui avoir volé l'amour de sa vie. Il n'en avait pas le droit. Il peut avoir toutes les filles du monde avec ses cheveux dorés et son corps d'Apollon. Pourquoi avait-il fallu qu'il jette son dévolu sur elle? Eric est certain qu'il n'en est même pas amoureux, que c'est juste pour ajouter une proie à son tableau de chasse…

Lorsque Caroline lui a annoncé qu'elle le quittait pour Pierre, comme ça, froidement, presque naturellement, Eric est allé trouver son rival ; il lui a demandé de la laisser tranquille, de s'intéresser à une autre fille, mais l'autre n'a rien voulu entendre. L'explication est vite devenue orageuse, et ils en sont même venus aux mains. Il a fallu les séparer ; Eric a eu droit à quelques points de suture à l'arcade sourcilière, et Pierre s'est retrouvé avec une entorse au poignet. Depuis Eric ne décolère pas. Il rêvait de se marier avec Caroline, il imaginait déjà leur jolie maison entourée d'un grand jardin où auraient joué leurs enfants. Il n'aurait pas imaginé un instant qu'il puisse en être autrement avant que Pierre ne détruise son rêve. Il aurait acheté une belle voiture pour faire de grandes balades en famille ; au lieu de cela, il n'a que cette vieille guimbarde à laquelle il manque un phare ! Et il est seul dedans…

Devant lui, séparés par quelques autres voitures, Pierre et Caroline roulent cheveux au vent. Elle est serrée contre lui et le regarde amoureusement. Elle a l'air heureux. De là où il est, Eric peut voir qu'elle porte sa jolie robe bleue, la même qu'elle portait il y a trois mois, le jour de son anniversaire. Ce jour-là elle était magnifique avec ses cheveux attachés en chignon. Eric est persuadé que c'est ce jour-là que Pierre a joué le grand jeu à Caroline. La pauvre n'avait d'autre solution que de tomber amoureuse de lui : aucune fille n'a jamais résisté au charme de Pierre ! Ca fait du mal de les voir aujourd'hui assis côte à côte. Dans les virages, par moments, elle est projetée contre lui. Pour un peu, Eric pourrais entendre le son cristallin de sa voix lorsqu'elle rejette la tête en arrière en éclatant de rire.

Il y a un moment qu'il les suit, manœuvrant son volant machinalement, et toujours à la même distance car, avec toutes ces voitures, il lui est impossible de doubler et de se rapprocher d'eaux. De toute façon, il vaut mieux qu'il reste à sa place car, s'il se trouvait juste derrière eux, il serait trop tenté de les heurter et d'envoyer leur bagnole au diable. S'il faisait cela, il pourrait blesser Caroline, et ça, il ne se le pardonnerait jamais.

Tiens ! Voilà que Pierre se met à klaxonner maintenant ! C'est pourtant interdit de klaxonner en ville, mais lui, c'est comme s'il avait tous les droits ; d'ailleurs, on ne lui dit jamais rien. Il fait de grands gestes comme s'il voulait dire bonjour à tous ces gens qui les regardent passer, et presque tout le monde lui répond, comme si tout le monde le connaissait, comme si tout le monde l'admirait. Bien sûr, quand on fait partie d'une des plus grandes familles de la ville, la vie est plus facile ! Pour Eric qui n'a pas connu son père, la vie n'a pas été rose tous les jours. Sa mère faisait des ménages pour pouvoir les nourrir tous les deux. Elle aurait bien voulu le gâter un peu plus, mais elle n'avait pas beaucoup d'argent pour lui offrir toutes les belles choses qu'un petit garçon peut désirer. Même les vacances, c'était le plus souvent la colonie, et encore… A noël sous le sapin, il n'y a jamais eu que quelques trop rares jouets. Eric savait que les autres enfants étaient comblés e cadeaux, mais ça ne le dérangeait pas car ce qu'il avait toujours eu en abondance, sûrement plus que les autres gamins, même, c'est un immense amour maternel.

D'ailleurs, sa maman avait été très triste quand Caroline avait rompu. C'est sûr qu'elle pensait, elle aussi, à l'avenir, qu'elle rêvait d'avoir un jour des petits-enfants qu'elle aurait pu aimer et câliner. Elle leur aurait raconté des histoires et, le mercredi, elle leur aurait fait son fameux gâteau au chocolat qu'elle réussit si bien, et eux aussi auraient été tout contents de passer la journée avec leur grand-mère. Le soir, Eric serait venu les chercher avec Caroline, sa Caroline, toujours penchée sur l'épaule de ce crétin de Pierre, dans sa voiture rutilante.

Tout à coup, Eric aperçoit le petit visage un peu fatigué de sa maman sur le bord de la route. Elle lui fait de grands gestes en riant :

"Mais enfin, Eric, réveille-toi ! Cela fait deux fois que le pompon passe jus au-dessus de ta tête ! Tu aurais pu avoir un tour de manège gratuit si tu l'avais attrapé !". FIN

lecture : Grosse rancune

Pour diverses raisons, je ne pouvais pas publier sous mon propre prénom, mon mari a donc accepté de me prêter son prénom pour l'édition de mes nouvelles.

Commenter cet article

Marie-Thé 05/03/2015 13:52

Bravo,
Tu as une belle imagination, j'aimerais avoir la même.
Plus je te connais et plus je découvre que tu as une multitude de cordes à ton arc, là aussi je t'envies.
C'est bien car tu ne dois pas souvent avoir des idées noires avec tous tes passes temps.
Aujourd'hui maximum de soleil avec des passages de nuages et de la fraîcheur.
Bonne journée.
Bisous

patricia 28/02/2015 21:43

félicitation ma belle bravo, bisous

Matthieu 28/02/2015 15:12

Je me souviens bien de celle-ci, j'adore. Je l'ai encore d'ailleurs, comme toutes les autres!
Bisous

salima 27/02/2015 17:12

oh tu es aussi écrivaine ! bravo !

mamimijane 27/02/2015 13:51

j'achète tous les maxi,sauf celui ci,j'ai regardé partout et je ne l'ai pas,je vais bien le trouvé .
bravo pour ta belle écriture,
bonne journée bizzzz

À propos

Toutes mes activités et mes passions réunies sur ce blog.