Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 Feb

Comment j'ai vidé la maison de mes parents

Publié par kekeli  - Catégories :  #lecture

 

Lydia Flem

Comment j'ai vidé la maison de mes parents

Lydia Flem raconte comment elle a vidé la maison de ses parents. Pour chaque objet, chaque meuble, chaque vêtement, chaque papier, il n’y avait que quatre directions, comme à la croisée des chemins la rose des vents : garder, offrir, vendre ou jeter. Cette épreuve, qui arrive à chacun de nous (ne devient-on pas orphelin à tout âge ?) est ici l’occasion d’un livre bouleversant, écrit avec sensibilité, humour et sans tabou.

A l’écart de tout dolorisme, un livre au ton juste qui formule avec autant de lucidité que de tendresse « des sentiments inavouables ».

Ce livre est destiné à un large public. Son meilleur « argument de présentation » est sans doute simplement son titre. Chacun s’y retrouve à sa manière. Il ne s’agit ni d’une théorie du deuil, ni d’une analyse, mais d’un témoignage personnel en forme de récit.

Les choses d’une maison occupent dans l’imaginaire de ceux qui les gardent une place singulière. Ils sont les lieux de souvenir où se nouent des instants de bonheur, des moments de conflit. Ce livre est aussi une traversée du monde des choses de l’enfance, des objets perdus et retrouvés….

 

Mon avis : Je viens de vivre cette expérience, mais ce n'est pas la maison de mes parents que j'ai dû vider mais celle de mes beaux parents. C'est peut-être pour ça que je ne me suis pas complètement reconnue dans ce livre. Je ne pense pas non plus que mon mari et ses 2 soeurs se seraient reconnus dans ce livre. Le fait d'être enfant unique doit bien changer la façon de voir les choses.

Lydia nous dis bien qu'il ne s'agit ni d'une théorie du deuil ni d'une analyse mais d'un témoignage personnel en forme de récit.

Commenter cet article
S
merci de ce partage ! bisous, Sandrine
Répondre
M
bonne semaine bizz
Répondre

Archives

À propos

Toutes mes activités et mes passions réunies sur ce blog.